Bienvenue sur le site internet présentant

LE CHATEAU DE MEUDON 



Venez découvrir le domaine embelli par les plus grandes figures de l'histoire de France : François Ier, Louis XIV, Louis XVI, Napoléon ... 

 

 
 


L'HOTEL COURTIN

Le "troisième château de Meudon"




Voici une vision d'optique spectaculaire que j'ai retrouvée : la grille qui ferme le parterre
encadre l'Hôtel Courtin, lequel est positionné au-dessus de la petite grotte. 

 



Consulter notre article sur l'Hôtel Courtin et l'identification d'un plan inédit : 

Le "troisième château de Meudon" : un plan inédit de l'Hôtel Courtin et de ses jardins, par Franck Devedjian, 3 mars 2013.







Le Château-Neuf de Saint-Germain, toile conservée à Versailles. 
Photographie de l'auteur, 2012.

Comparez la restitution précédente de l'hôtel Courtin avec cette peinture,
et voyez comment l'ensemble s'organise suivant les mêmes principes,
bien qu'à une échelle différente.



 
Dénommé la "Surintendance des Bâtiments
du Roi à Meudon" au 4 février 1780. 



Plan des jardins de l'Hôtel Courtin, et de son environnement immédiat, vers 1700. 
AN, Cartes et Plans, N II Seine et Oise 192.
Publication inédite de l'auteur, insertion du 15 octobre 2012.
 
Le plan ci-dessus nous  donne l'aménagement du parterre et de l'environnement immédiat de l'Hôtel Courtin, sorte de "Petit château" situé en contrebas de l'Orangerie, au Sud du village de Meudon. Louvois mettra ce bâtiment à la disposition de son ami Honoré Courtin. A la mort de ce dernier, en 1703, l'hôtel reviendra à Monseigneur. Remarquez le tracé des broderies, qui nous est donné avec précision par ce seul plan. Au bout, des degrés permettent de rejoindre les jardins bas de Meudon. Cette disposition est visible sur la gravure ci-dessous. 





Schéma montrant l'aménagement du bout du parterre de l'Hôtel Courtin, vers 1700. 
D'après le plan des AN, Cartes et Plans, N II Seine et Oise 192.
Schéma de l'auteur, insertion du 27 octobre 2012.
 
Ce schéma simplifié a pour mérite de nous montrer le dénivellé important entre le parterre de l'hôtel, et les jardins bas auquel il conduit. La différence de hauteur a permis l'aménagement d'une espèce de grotte, ornée de trois arcades, qui rappelle le nymphée situé au-dessus de l'Orangerie du Château-Vieux, ainsi que des trois arches des jardins du château d'Issy, tout proche. Voyez grâce au schéma, et l'insertion de personnages, la taille considérable des parterres de broderies de l'Hôtel Courtin. L'aménagement de l'escalier pose un problème de compréhension, et donc de restitution, puisque le plan le plus précis connu de cet aménagement contredit la gravure suivante sur certains points. La grille mentionnée par des pointillés, en haut de l'escalier, est également visible sur la gravure suivante, et servait à fermer les jardins de l'hôtel des jardins bas du château. 





Gravure de l'Hôtel Courtin, intitulée "Vue du Jardin Potagère de Meudon"
Collection particulière

La représentation de l'Hôtel lui-même, situé dans le fond, est assez fantaisiste.
Aveline n'a représenté ici que deux niveaux, plus la toiture.






 
Emplacement de l'Hôtel Courtin et dessin d'Israel Silvestre le représentant.
  Centre de documentation du Musée d'Art et d'Histoire.
 
On voit sur ce plan les escaliers et la fontaine que l'on aperçoit sur le devant de la gravure précédente. Le parterre devant l'Hôtel Courtin était très bien aménagé. On aperçoit sur le dessin les escaliers qui permettent de rejoindre les jardins bas. En haut de l'Hôtel Courtin se trouve l'axe de la grande perspective. Le dessin de Silvestre nous montre deux niveaux plus la toiture, comme la gravure précédente.

Le 20 juillet 1685, Louvois et Honoré Courtin, son ami, et ce dernier demeurant rue neuve Saint-Louis à Paris, convinrent que le ministre laisserait à Courtin la jouissance d'une maison sise à Meudon, consistant en plusieurs corps de logis et jardins, séparés par un mur du parc, moyennant une somme de 6000 livres que Monsieur Courtin versa à Louvois le jour même. Il y avait là, donnant dans le parc du château, une porte dont Monsieur Courtin avait la clé.
(Vicomte de Grouchy, Meudon, Bellevue et Chaville, cité par le Bulletin du Comité des Amis de Meudon p 470).




 

Détail de l'Hôtel Courtin sur la gravure d'Israel Sylvestre
Gravure conservée au Centre de documentation du Musée d'Art et d'Histoire.

Sur cette représentation, l'hôtel Courtin possède un niveau supplémentaire,
par rapport aux représentations du dessin et de la gravure précédents.

Or c'est cette gravure qui est la plus fidèle.

On comprend sa situation exacte par rapport à l'Orangerie située au-dessus. 





Le jeu visuel de l'Hôtel avec la petite grotte :
une réplique de celui de l'Orangerie du Château-Vieux !


 
Schéma 0 montrant l'élévation technique de l'Hôtel Courtin avec la petite grotte en-dessous.
Schéma inédit de l'auteur, insertion du 28 octobre 2012.
 
En coupe technique, il est possible de comparer la taille réelle des deux bâtiments : l'Hôtel Courtin est d'une taille considérable, et, en comparaison, la petite grotte est un aménagement réduit. Pourtant, vous allez voir que les deux bâtiments jouaient avec leurs volumes respectifs ... Sur les schémas, je n'ai pas représenté les deux petits pavillons latéraux, par schématisation.




 
 
Schéma 1 montrant la vision de l'Hôtel Courtin depuis les jardins bas. 
Jeu visuel avec la petite Grotte, vers 1700. 
Schéma inédit de l'auteur, insertion du 27 octobre 2012.
 
Depuis les jardins bas, nous voyons que la grotte sert de socle à l'Hôtel Courtin, suivant le même jeu que l'on retrouve avec l'Orangerie du Château-Vieux. J'ai retrouvé ce jeu et les suivants le 27 octobre 2012, en réflechissant à mettre l'ensemble à l'échelle. On découvre depuis ce point de vue deux niveaux principaux de l'Hôtel, tandis que le rez-de-chaussée y est totalement invisible : c'est pour cela que Silvestre représentant l'hôtel de manière schématique sur son dessin, en supprimant un étage ! 




 
 
Schéma 2 montrant la vision de l'Hôtel Courtin depuis les jardins bas, au croisement des allées. 
Jeu visuel avec la petite Grotte, vers 1700. 

Schéma inédit de l'auteur, insertion du 27 octobre 2012.
 
En avançant légèrement en direction du bâtiment, nous découvrons qu'un niveau de l'Hôtel a disparu ! Nous sommes ici placés à l'intersection des deux allées : donc c'est ce point de vue précis qui a été choisi pour que l'ensemble soit le plus harmonieux possible. Et c'est vrai qu'alors on obtient des lignes architecturales parfaitement proportionnées. Avant mes recherches, l'Hôtel Courtin n'était connu de personne. Mais, en travaillant dessus, on s'aperçoit qu'il s'agit d'une réalisation très importante pour l'ornement du domaine de Meudon. Voyez comme les deux petits pavillons latéraux participent à la composition, et se calent juste au-dessus des pilastres latéraux !
 
 


 
Schéma 3 montrant la vision de l'Hôtel Courtin depuis les jardins bas. 
Jeu visuel avec la petite Grotte, vers 1700. 

Schéma inédit de l'auteur, insertion du 27 octobre 2012.
 
Nous nous sommes encore avancés près de l'hôtel. On voit alors que l'ensemble des niveaux ont disparu et qu'il ne reste de visible que la toiture de l'hôtel. 


 
Schéma 4 montrant l'effacement de l'Hôtel Courtin, vers 1700. 
Schéma inédit de l'auteur, insertion du 27 octobre 2012.
 
En arrivant au pied de la petite grotte, on s'aperçoit bien évidemment que l'Hôtel disparaît.
Il ne sera visible qu'en remontant, et surprendra de nouveau le visiteur,
qui durant le temps de la montée des degrés, l'aura quelque peu oublié. 






Schéma 5 montrant les degrés de la petite grotte de l'Hôtel Courtin, vers 1700. 
Schéma inédit de l'auteur, insertion du 28 octobre 2012.
 
Voici la vision à mi-parcours de l'escalier. On oublie totalement la présence de l'Hôtel,
d'autant que le visiteur a été ébloui par l'aménagement de la petite grotte. 




 
Schéma 6 montrant enfin la vision générale de l'Hôtel Courtin en entier, vers 1700. 
Schéma inédit de l'auteur, insertion du 28 octobre 2012.
 
En haut des escaliers, enfin pouvait se découvrir la vision générale de l'Hôtel. 
On devait être étonné de retrouver un parterre immense entre la grotte et l'hôtel,
autant que par la présence d'un bassin circulaire central,
qui, du bout du parterre, a la même largeur que l'Hôtel lui-même. 


 



Détail d'une gravure de Rigaud représentant le village de Meudon
XVIIIe siècle, Gravure conservée au Centre de documentation du Musée d'Art et d'Histoire.

L'Hôtel Courtin est visible sur la droite, bien que la représentation en soit schématique.
Celui-ci était visible depuis la terrasse de l'Orangerie. 






Les plans de l'hôtel Courtin
transformé en Surintendance

Etat au 4 février 1780. 

Les Archives Nationales conservent les plans très détaillés
de la Surintendance des Bâtiments du Roi à Meudon, en date du 4 février 1780


Il ne reste plus rien de cet ensemble d'importance.


Le plan des souterrains de la Surintendance, 1780.
Archives Nationales, Carton O1 1521

Photographie de l'auteur, 14 mai 2011.

Ce plan nous détaille les souterrains de ce qui fut l'Hotel Courtin.
Le plan correspond bien aux représentations du bâtiment d'après les gravures.
Sur la gauche, se trouve une écurie composée de 10 box pour les chevaux.







Le plan du rez-de-chaussée de la Surintendance, 1780.
Archives Nationales, Carton O1 1521

Photographie de l'auteur, 14 mai 2011.

L'entrée de la Surintendance s'effectue sur la gauche.
On pénètre dans une première cour, d'aspect hétéroclite.
Puis, un porche nous conduit à la seconde cour, celle de l'Hotel Courtin.
Celui-ci dispose en son centre d'un escalier desservant l'ensemble des niveaux.
Une chapelle est attenante, visible sur la droite du plan.







Le plan du premier étage de la Surintendance, 1780.
Archives Nationales, Carton O1 1521

Photographie de l'auteur, 14 mai 2011.

Le premier étage permet de disposer de locaux d'assez grande importance
pour loger tout le personnel de la Surintendance des Bâtiments du Roi du temps de Louis XVI.








Le plan du deuxième étage de la Surintendance, 1780.
Archives Nationales, Carton O1 1521

Photographie de l'auteur, 14 mai 2011.








Restitution de la coupe de l'Hôtel Courtin dans sa largeur. XVIIIe siècle. 
Schéma de l'auteur, 28 octobre 2012, tous droits réservés. 


Sur la base des plans précédents, j'ai procédé à cette restitution de la coupe de l'Hôtel,
afin de vous permettre de comprendre l'organisation de l'escalier central,
qui dessert l'ensemble des 4 niveaux, et relie la cour de l'Hôtel au parterre situé à l'Est. 

On constate que pour accéder d'un niveau à l'autre,
il faut emprunter 3 degrés composés chacun de 13 marches.
Soit 39 marches entre deux niveaux. 

Ainsi, l'accès au niveau 2 et 4 s'effectue sur la gauche du dessin, 
tandis que l'accès aux niveaux 1 et 3 s'effectue sur la droite, du côté du parterre. 
(voir les portes en gris clair). Il s'agit d'une originalité dans la distribution, à souligner. 






Vision de l'escalier principal de l'Hôtel Courtin. XVIIIe siècle. 
Schéma de l'auteur, 28 octobre 2012, tous droits réservés. 


J'ai restitué une vue de la cage d'escalier.
Je ne sais pas s'il existait une balustrade de pierre,
ou bien une rampe de ferronnerie. En tout état de cause,
il y avait là un jeu sur les volumes assez impressionnant. 
De même, l'escalier fut-il réaliser en pierre ou bien avec des poutres de bois ?







Plan du logement du garde magasin à la Surintendance à Meudon
partagé en Deux à la mort de son père.

AN, Série Meudon, Carton O1 1517. Cliché de l'auteur, printemps 2010.


Ce plan nous montre une partie du rez-de-chaussée de l'ancien Hotel Courtin.
La deuxième cour de la surintendance est située en haut, et les jardins en bas.

L'escalier représenté est celui qui se trouve situé au centre du bâtiment.







Plan de l'entresol du logement du garde magasin à la Surintendance à Meudon
partagé en deux à la mort de son père.

AN, Série Meudon, Carton O1 1517. Cliché de l'auteur, printemps 2010.






Plan daté du 3 mars 1787 
représentant une partie de l'hôtel de la Surintendance
AN, Série Meudon, Carton O1 1517. Cliché de l'auteur, printemps 2010.

La moitié haute du plan décrit l'environnement de la chapelle de la Surintendance.
En-dessous est un plan décrivant l'aménagement intérieur du rez-de-chaussée de l'Hôtel Bellon. 









Plan du logement du portier de la Basse-cour de la Surintendance de Meudon
AN, Série Meudon, Carton O1 1515. Cliché de l'auteur, mai 2010.

Cette partie de bâtiment concerne les écuries de la Surintendance, qui se trouvent situées près de la Porte Verte, ou Porte Dauphine, juste à côté du corps de Garde, du côté de l'entrée. 

 
Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement