Bienvenue sur le site internet présentant

LE CHATEAU DE MEUDON 



Venez découvrir le domaine embelli par les plus grandes figures de l'histoire de France : François Ier, Louis XIV, Louis XVI, Napoléon ... 

 

 
 


LE CHATEAU-VIEUX

DE MEUDON


L'Aspect extérieur & la démolition


Restitution graphique du Château-Vieux de Meudon, état au cours du XVIIIe siècle. 
Hervé Grégoire et Franck Devedjian, janvier 2012, tous droits réservés. 

Le Château-Vieux de Meudon, aujourd'hui détruit,
est le symbole de Meudon depuis la Renaissance. 








Comparaison de la taille des façades côté jardin
du corps central de Versailles et du Château-Vieux de Meudon.

Franck Devedjian, 6 septembre 2013, tous droits réservés. 






1°) L'Aspect extérieur



Le Château Vieux vu depuis la forêt du côté de Fleury (avant 1700)
Gravure conservée au Musée d'Art et d'Histoire de Meudon.

Cette gravure d'Israel Silvestre est l'une des plus évocatrices du Château Vieux,
tel que vu depuis les jardins bas de Meudon et du village.
Toute la terrasse est parfaitement conservée de nos jours.

L'avant-corps de Hardouin-Mansart n'est pas encore édifié.

Cette gravure se fonde sur le dessin précédent
conservé au Cabinet des Arts Graphiques du Musée du Louvre.







Le Château Vieux de Meudon sous Louvois
Gravure d'Israel Silvestre,
Centre de documentation du Musée d'Art et d'Histoire de la ville de Meudon





Gravure d'Aveline représentant le Château Vieux de Meudon
ainsi que la ville de Paris dans le lointain.

Collection particulière

On découvre une partie de la façade sur le parterre du château vieux de Meudon
ainsi que les deux tours de Notre-Dame de Paris sur la droite


On comprend, grâce à cette représentation,
la situation exceptionnelle de Meudon, qui domine tout Paris.






LA GRANDE TERRASSE

DU CHATEAU DE MEUDON

édifiée vers 1656 par Abel Servien



Photo aérienne de la Grande Terrasse de Meudon

La Grande Terrasse est située au centre d'une perspective monumentale,
qui se concrétise par un axe rectiligne d'environ 3,5 km de long !







Le mur de la Grande Terrasse édifié sous Abel Servien (1654-1659)
Photographie de l'auteur, 2010.

Ce mur est l'ouvrage majeur du domaine. Il a permis de niveler l'avant-cour.
On a du mal à imaginer sa hauteur réelle sur cette photographie, mais en se déplaçant sur place,
il est aisé de se rendre compte du travail considérable effectué pour le réaliser.


La végétation s'y accroche, ce qu'il faudrait faire cesser par une campagne de protection.







Photographie du haut du mur de la grande terrasse.
Photographie de l'auteur, 2 avril 2011.
 

Cet angle de vue nous permet de comprendre
que le mur lui-même n'est pas exactement parrallèle à l'axe du Château Vieux.







L'ESCALIER D'ARISTOTE


L'Escalier d'Aristote est situé à l'aplomb de l'emplacement de l'aile Est du Château Vieux.



Plan de l'aile Est du Château Vieux, avec l'escalier d'Aristote (vers 1679-1691)
Archives Nationales, Carton O1 1521.
Légende de l'auteur, 14 mai 2011.


Je vous ai légendé l'ensemble de manière à vous faire parfaitement comprendre les différents éléments.







La rampe Nord de l'escalier d'Aristote de nos jours.
Photographie de l'auteur, 2010.
 

Si cette rampe a été conservée, contrairement à la rampe Sud de l'escalier, des remaniements importants en ont défiguré l'aspect initial, notamment au bas de la rampe. Cet escalier permettait de relier l'aile Est du Château Vieux au village.  Au milieu des deux rampes se trouvait située une petite grotte, composée de deux niches de part et d'autre (dont une est encore conservée) : il s'agit de la grotte du Belvédère. De l'extérieur, le toit de cette petite grotte était supportée par deux colonnes.








A gauche, l'escalier d'Aristote en l'état ;
A droite, essai de restitution de la largeur initiale de l'escalier

Photographie de l'auteur et schéma, le 17 janvier 2011.
 

L'Escalier d'Aristote permettait d'accéder du village à la façade Est du château vieux.

Une moitié de cet escalier (la rampe Sud) a été démolie, mais la rampe Nord est aujourd'hui conservée. Toutefois, cette dernière rampe a été défigurée pour la moitié de sa largeur, par l'ajout de pierres de manière totalement arbitraire. Une restitution de l'intégralité de l'escalier est plus que souhaitable, d'autant que sous la rampe existante, se trouve conservée l'une des deux niches de la "grotte d'Aristote", en superbe état !
 

 



 

La grotte du Belvédère
située sous l'escalier d'Aristote



L'espace aménagé situé sous l'escalier d'Aristote s'intitule exactement LA GROTTE DU BELVEDERE.



Plan de la Grotte du Belvédère, située sous l'escalier d'Aristote
Photographie et légende de l'auteur, 31 mai 2011.

Le plan de cet espace nous montre deux niches de part et d'autre.
La Niche Nord (à droite) est parfaitement conservée de nos jours.
L'ensemble est soutenu par deux colonnes et contreforts.
Une restitution de cet aménagement doit être une priorité.







Détail de la niche et du plafond de la partie conservée de la Grotte du Belvédère,
situé sous l'escalier d'Aristote (Niche Nord)

Photographie de l'auteur, 2011.

Notez la beauté de cet appareillage de pierre.







LE PASSAGE SOUTERRAIN


Photographie de l'entrée du passage souterrain, fermé par une grille.
Photographie de l'auteur, 2010.

Le passage souterrain est parfaitement conservé de nos jours. Situé à quelques mètres de la rampe Nord de l'escalier d'Aristote, il permettait d'accéder au fossé Est situé devant le château. Un escalier composé d'une vingtaine de marches permet d'accéder au long couloir, voûté. Celui-ci était éclairé par les douves sèches et n'avait pas l'aspect si sombre d'aujourd'hui. 

 


Détail du tableau de Pierre-Denis Martin.
Conservé au château de Versailles.
 

Sur ce détail du tableau représentant le Château Vieux de Meudon, nous découvrons dans le fossé Est une "porte" : cette ouverture, qui ne devait être fermée que par une grille, et non une porte en bois, permet de rejoindre le passage souterrain. Ce dernier débouche sur l'entrée photographiée ci-dessus.

De plus, le niveau de la Grande Terrasse n'est pas identique à celui du sol situé devant la façade du Château Vieux donnant sur Paris : il y avait une différence de trois marches, soit environ 50 cm.



 


La vision vers le Sud
depuis le Château Vieux



Vue de la perspective en sortant du Vestibule du Château Vieux.

Photographie de l'auteur, 2 avril 2011.
 

La perspective à cet endroit est réduite à son minimum : on ne peut découvrir que le tapis vert, qui forme une sorte de carré de verdure. Tout le valon est invisible, suivant les concepts si chers à André Le Nostre, afin de nous surprendre toujours au dernier instant.




 

LE CHATEAU VIEUX



La façade depuis la Cour





La cour d'entrée du Château.
Centre de documentation du Musée d'Art et d'histoire de Meudon


 





Dessin de l'Aile Est du Château Vieux de Meudon
BNF, Cabinet des Estampes.


Bien qu'assez précis dans son ensemble, ce dessin comporte encore certaines approximations.








Détail de la Grille séparant l'avant-cour de la terrasse d'Aristote.
BNF, Cabinet des Estampes.


Plusieurs grilles permettaient de clôturer l'accès au château ainsi qu'aux jardins.
Les douves que l'on découvre sur le devant sont toujours en place sous la pelouse !








La façade sur jardins
 


facade jardin chateau vieux
Gravure d'Israel Silvestre représentant le Château Vieux avec l'orangerie.
Centre de documentation du Musée d'Art et d'histoire de Meudon

Le pavillon central n'est pas assez épais sur cette représentation.








Retour de la promenade de M. le Dauphin au vieux château de Meudon (signé "Isabey 1791")
Par Jean-Baptiste ISABEY (1767-1865) (école Française)
RF 3820 Fonds des dessins et miniatures, petit format

© Musée du Louvre, Département des Arts graphiques
 

Ce dessin nous montre l'Orangerie et une partie du Château Vieux.
La toiture de ce dernier est représentée de manière fantaisiste.




 

 

  Les deux galeries de pierre 


Galerie de pierre du château de Fontainebleau
Photographie de l'auteur, 2012.


Les deux galeries de pierre du Château-Vieux de Meudon
étaient très proches de la galerie de pierre de Fontainebleau,
quant à leur volume, bien que moins longues. 

 



  Les deux fossés
situés devant le Château Vieux

 

Ces deux fossés conservés sont aujourd'hui remblayés des débris du Château Vieux. Leur dégagement et leur restitution donnera à cette partie de la Terrasse sa majesté première.

 


Le plan des fossés, XVIIIème siècle.
Archives Nationales, Carton O1 1521.
Légende de l'auteur, 14 mai 2011.


Le plan des fossés est caractéristique du XVII° siècle. Les fossés permettent de mettre en valeur le Château Vieux de Meudon. On retrouve ce même schéma pour les douves du Grand Trianon à Versailles. Le fossé Est dispose d'un petit escalier de pierre qui permet de descendre dans les fossés.




 

  Le Petit Pont
et l'escalier d'accès aux jardins hauts

 


Plan du Petit Pont et de l'escalier d'accès aux jardins hauts.
Archives Nationales, Carton O1 1521
Légende de l'auteur, 14 mai 2011.


Le "Petit Pont" est un véritable pont de pierre qui permet d'accéder, du salon du Petit Pont situé au premier étage du Château Vieux, aux jardins hauts. Quand on prend le petit Pont en sortant du Salon, on trouve sur sa gauche, le parterre et les berceaux, et sur sa droite la Chapelle et la sacristie. Un degré de quelques marches permet d'ajuster le niveau du château avec le niveau de la terrasse des jardins hauts : celui-ci n'a pas été représenté sur le plan, mais trouvait place entre les deux rectangles de pierre.



 

 

 
Dessin aquarellé intitulé "vue prise à Meudon", de Luc-Vincent Thiery, INHA, ms 709  
Découverte de l'auteur, 2 novembre 2012.
 



 

 

LES PROJETS DE RESTAURATION 
DE LA GALERIE DE PIERRE DE L'AILE OUEST

CONSERVES A LA BIBLIOTHEQUE MUNICIPALE DE ROUEN

Plusieurs dessins d'architecture de Louis Le Dreux, datés de 1773,
nous mentionnent des projets liés à la galerie de pierre de l'aile Ouest.
C'est que les murs de la galerie du Château Vieux penchaient dangereusement.  




Dessein de la Gallerie telle qu'elle est à présent, 8 octobre 1773
  Cabinet de l'architecte Louis Le Dreux (1721-1792)
Photographie de l'auteur, mai 2010.
Bibliothèque municipale de Rouen, Ms Montbret 20 pièce 1
(La publication de cette image en couleur est inédite. 10 mai 2011.)


Voici l'élévation de l'aile Ouest du Château Vieux depuis la cour d'entrée.
Le dessin est d'une précision confondante !
On notera simplement quelques imperfections dans la représentation :
-la toiture de la tour octogonale de gauche (Tour Sud-Ouest) est représentée de manière schématique.
La toiture de cette tour était plus bombée, ainsi qu'on le constate sur une élévation du XVIIe siècle.

Vous notez que la tour Nord-Ouest était la tour de l'Horloge, ornée de cloches.





Projet de restauration de la Gallerie de l'aile Ouest, [1773]
  Cabinet de l'architecte Louis Le Dreux (1721-1792)
Photographie de l'auteur, mai 2010.
Bibliothèque municipale de Rouen, Ms Montbret 20 pièce 3
(La publication de cette image est inédite. 10 mai 2011.)


Ce dessin nous montre le projet de modification de l'aspect de la galerie de pierre,
mise au goût du jour à la toute fin du règne de Louis XV.

Toutefois, il ne s'agit que d'un projet qui n'a jamais été réalisé.





Coupes du projet de restauration de la Gallerie de l'aile Ouest, [1773]
  Cabinet de l'architecte Louis Le Dreux (1721-1792)
Photographie de l'auteur, mai 2010.
Bibliothèque municipale de Rouen, Ms Montbret 20 pièce 4
(La publication de cette image est inédite. 10 mai 2011.)


Ces deux coupes nous montre l'aménagement interne projeté pour réaliser la galerie précédente.
Le dessin est intéressant car il nous décrit avec précision sur la gauche une partie du Château Vieux,
qui n'entre pas dans le cadre de la modification projetée.
On y découvre notamment les ouvertures éclairant le sous-sol, composé des caves.







Plans du projet de restauration de la Gallerie de l'aile Ouest, [1773]
  Cabinet de l'architecte Louis Le Dreux (1721-1792)
Photographie de l'auteur, mai 2010.
Bibliothèque municipale de Rouen, Ms Montbret 20 pièce 5
(La publication de cette image est inédite. 10 mai 2011.)


Ces plans nous décrivent dans le détail le projet de suppression de la galerie de pierre,
et son remplacement par une simple balustrade supportée par des colonnes.
Le projet ne sera jamais réalisé.

L'aspect du château aurait été bien différent si le projet avait été retenu.
Sans doute aurait-il perdu en majesté.




 

2°) LA DEMOLITION 
 


Détail du tableau d'Hubert Robert, 1806, Getty Museum, USA.
Un ouvrier utilise une brouette pour déplacer un amas de débris.
Dans le fond, des ouvriers achèvent de démolir le portail central de la galerie Est du Château-Vieux.
Sur le devant se découvrent les fûts des colonnes ornant la cour d'entrée. 






LES REPRESENTATIONS 
DE LA DESTRUCTION DU CHATEAU VIEUX 



Schéma de l'auteur, d'après un dessin de James Forbes daté de 1804.

Ce dessin, bien que très schématique, représente le Château Vieux,
amputé de l'aile Ouest, qui a brûlé suite à l'incendie de 1795.
La chapelle avait bien été épargnée par les flammes.






Le dessin d'Hubert Robert réalisé en 1804




Dessin d'Hubert Robert représentant la destruction du Château Vieux (1804).
Conservé au Musée Carnavalet, Cabinet des Arts Graphiques. 
Photographie de l'auteur, 3 novembre 2011.
 

Nous datons ce dessin au cours de l'année 1804.
En effet, fin 1803 est la date du début de la destruction.
Et début 1805 cette partie du château est déjà démolie.





Schéma montrant le point de vue retenu par Hubert Robert pour son dessin
  Schéma de l'auteur, 2 mai 2011
 
Pour représenter le dessin précédent, Hubert Robert s'est positionné ainsi qu'il est mentionné sur le schéma ci-dessus. A cet endroit, le château paraît en effet particulièrement imposant, et le pavillon central ressort massivement.
 

 



 
La toile achevée en 1806, d'après le dessin de 1804.
 


Démolition du Château-Vieux de Meudon, par Hubert Robert, 1806. 
Getty Muséum, USA.

 

Cette peinture des ruines du Château-Vieux de Meudon, datée dans la toile de "1806" représente la démolition de l'édifice au cours de l'année 1804. Elle reprend le dessin du musée Carnavalet. En 1806, date retenue par le Getty Muséum, et inscrite sur le tableau, toute la partie visible du Château-Vieux, aile Est et pavillon central, était déjà démolie.

Au fond se découvre l'aile Est et le corps central, avec le pavillon de Le Vau, repris par Hardouin-Mansart.
Sur le devant, à droite, le peintre a représenté la chapelle de Meudon. 
A gauche : le peintre représente un amas de débris, encore une fois de manière un peu maladroite, mais qui montre l'ampleur du chantier. 

Les fantaisies prises par l'artiste sont assez nombreuses : tels ces doubles pilastres, l'emploi de la brique au niveau du rez-de-chaussée, l'ajout de bustes de marbre au même niveau, la surélévation de l'avant-corps du côté de Paris, etc. Mais des détails du château de Meudon, par exemple la représentation de la coupole du Salon des Maures, ou bien d'autres, nous prouve la grande qualité de cette oeuvre, à l'intérêt scientifique important. 






 
Schéma montrant le point de vue retenu par Hubert Robert dans le tableau
  Schéma de l'auteur, 30 octobre 2012
 
J'ai procédé à un nouveau schéma pour vous montrer le point de vue que Hubert Robert choisit pour sa toile : il élargit ainsi l'ensemble, en y ajoutant le volume de la chapelle. Pourtant, cette modification n'est intervenue qu'en atelier, car il est peu probable que le peintre soit retourné plusieurs fois à Meudon,  après la réalisation de son dessin intial en 1804. 


 


  Le sort de 8 colonnes
du Château Vieux de Meudon

 

Paul Biver (1923) précise que 8 colonnes du Château Vieux ont été installés dans la Rotonde du Sénat, au Palais du Luxembourg. Nous avons pu nous y rendre en avril 2011, grâce à Mme Isabelle Nemoz, assistante parlementaire, et Mme Maël de Quelen, architecte du Sénat, que nous remercions, et avons pris plusieurs photographies de ces 8 colonnes.
La comparaison entre les élévations et les photographies est plus que troublante.


 


Schéma comparant les colonnes du Sénat et celles représentées sur l'élévation de 1773
Schéma de l'auteur, 14 mai 2011.

La comparaison est tout à fait concordante ! Remarquez la texture identique des fûts.

Ces 8 colonnes sont d'une importance capitale, puisqu'elles nous conservent
l'aspect exact de l'ensemble des colonnes du Château Vieux de Meudon installées du côté de la cour.






Colonnes et niche de la Rotonde du Sénat (premier étage).
Photographie de l'auteur, avril 2011.






  L'oubli

 

Plan cadastral des jardins hauts, en 1816
Archives Municipales de la ville de Meudon @ / inséré le 23 mai 2011.

Ce plan cadastral daté de 1816 ne mentionne plus la présence du Château Vieux,
détruit de 1803 à 1806. L'aile des Marronniers avait été conservée et réaménagée pour partie,
en ce qui concerne une zone rectangulaire située contre la terrasse, ainsi qu'on le constate sur ce plan.



 

 
Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement