Bienvenue sur le site internet présentant

LE CHATEAU DE MEUDON 



Venez découvrir le domaine embelli par les plus grandes figures de l'histoire de France : François Ier, Louis XIV, Louis XVI, Napoléon ... 

 

 
 
 

LE REZ DE CHAUSSEE
DU CHATEAU VIEUX DE MEUDON

(ET LES CAVES ENCORE EXISTANTES, MAIS COMBLEES)



Restitution du Grand Vestibule du Château-Vieux de Meudon. 
Tous droits réservés. 

J'ai réussi à restituer l'aspect de cette superbe pièce.
C'est un chef-d'oeuvre de Louis Le Vau, réalisé pour Abel Servien, vers 1656-1658.

Le marbre de Laval y est employé au niveau des colonnes ainsi que pour les balustrades.





LES PLANS
 

Plan du rez de chaussée du Château Vieux,
Sur la droite se situe l'aile des Marronniers.

(ADY)

 

Ce plan nous permet de comprendre la situation des différentes parties du Château Vieux de Meudon :

On entre par le portail d'accès situé entre les deux grandes douves, en bas et plutôt à gauche sur le plan.
On distingue bien la cour d'entrée, le plan en U du château, avec le pavillon central au milieu du bâtiment.
La chapelle de Hardouin-Mansart est "greffée" au château. On la distingue bien sur le plan, au centre de l'aile Ouest.
En haut à droite, le petit pont se matérialise par des arcades. Il permet de relier les jardins hauts au premier étage du château vieux.
Symétriquement en bas, une petite galerie suspendue, soutenue par d'autres arcades, permet d'accéder à l'aile des Marronniers, que l'on voit à la droite  du plan. Il s'agit d'un grand rectancle  de 60 m sur 40 m, (qui d'ailleurs paraît carré, par jeu d'optique, quand on arrive à l'entrée de la grande Terrasse). Il comprend de grandes pièces d'apparat qu'on distingue en bas à droite et qui donnent sur la terrasse des Marronniers.








Plan du rez-de-chaussée du Château Vieux,
  ADY, photographie de l'auteur.

Nous datons ce plan vers 1770-1780,
car la galerie de pierre de l'aile Ouest est en cours de restauration.






DISGRESSION SUR LES CAVES

En ce qui concerne le plan des caves, celui-ci est encore inconnu.
Nous n'avons trouvé aucune trace d'un quelconque plan des caves de Meudon. 

Nous en avons fait néanmoins un essai de restitution :



Essai de restitution du plan des caves du Château Vieux, en 1695. 
Réalisation de l'auteur, 27 août 2012. 

Légende : 
1.Emplacement supposé du "caveau" central décrit par l'inventaire d'Abel Servien daté de 1659. 
2.Souvassements des deux galeries de pierre du Primatice.
3.La grotte du Belvédère.
4.La descente situé sous l'escalier créé sous Louvois.
5.puits
6.Soubassements du Petit Pont.
7.Entrée du passage souterrain (toujours conservé et accessible)
8.Passage souterrain de 15 mètres de profondeur, une fois les marches montées.
9.Aqueduc prolongeant le passage souterrain.
10.Escalier du fossé Est permettant de rejoindre la cour.
11.porte donnant accès au fossé Est, et permettant d'éclairer le passage souterrain. 
12.Fossé Ouest, qui ne peut pas communiquer avec l'aqueduc.
13.Rampes de l'escalier d'Aristote. 
14.Tour Sud-Est dont nous supposons qu'elle dessert les caves.
15.Tour Sud-Ouest dont nous supposons qu'elle dessert les caves. 


L'ensemble des caves est actuellement en place, conservé sous la pelouse !
C'est dire que la connaissance de son organisation sera parfaite une fois la fouille archéologique effectuée.





Quelques indices nous éclairent sur leur organisation :


Représentation d'une voûte des caves.
Schéma de l'auteur, 26 avril 2011.

On peut découvrir sur ce projet de l'architecte Louis Le Dreux le tracé d'une voûte.
L'ensemble des caves est aménagé de cette manière.






Coupe du Château Vieux de Meudon, 1773.
Par Louis Le Dreux de la Châtre
Légende de l'auteur, 26 avril 2011.


Cet autre dessin nous montre l'éclairage réalisé au profit des caves.
De l'extérieur, l'ouverture est rectangle (voir ci-dessous).
De l'intérieur, l'aménagement se fait de manière cintrée
pour éclairer le plus possible le sous-sol, de manière tout à fait traditionnelle.






Elévation partielle du Château Vieux de Meudon, 1773.
Par Louis Le Dreux de la Châtre

Ce détail nous montre la même ouverture précédente
telle qu'aperçue depuis la cour d'honneur.





En outre, un rapport mentionne que l'épaisseur des murs des caves est très importante, ce qui est logique.



LE REZ DE CHAUSSEE


LE PAVILLON CENTRAL


Plan du rez-de-chaussée du pavillon central
  BNF, Photographie Franck Devedjian, mai 2010.





LE PETIT VESTIBULE
SITUE SOUS L'ESCALIER



Plan du Petit Vestibule
  BNF, Photographie Franck Devedjian, mai 2010.
 

C'est la première pièce que l'on rencontre en entrant dans le château après avoir traversé la cour d'Honneur. Cette pièce est située sous l'escalier à deux révolutions. De chaque côté, deux ouvertures permettent d'aperçevoir toute la hauteur du grand escalier. Ce n'est qu'une pièce de passage. 







Essai de restitution du volume du Petit Vestibule du Château-Vieux de Meudon. 
Achevé en 1658 et démoli en 1804. 

Réalisation de l'auteur, 29 avril 2012, tous droits réservés.


Vous découvrez la taille relativement importante de ce premier vestibule.
Le jeu des supports de voûtes était assez spectaculaire :
c'est que la partie centrale de l'escalier ne repose sur rien d'autre que des arches de pierre.
Celui-ci semble véritablement léviter, d'autant qu'il supporte deux colonnes de marbre !
Prouesse architecturale datée de 1656/1658.








Essai de restitution du Petit Vestibule du Château-Vieux de Meudon.  
Réalisation de l'auteur, 29 avril 2012, tous droits réservés.


Le visiteur, qui levait les yeux au travers des deux ouvertures,
découvrait toute la hauteur du Grand Escalier.
Mais il avait du mal à bien comprendre l'organisation de cet espace,
ce qui ne s'éclaircissait que quand il empruntait l'escalier lui-même.

Ainsi le parcours suit une théâtralisation savamment calculée,
comme on la retrouve dans la visite des jardins du XVIIe siècle. 








LE GRAND VESTIBULE


Plan du Grand Vestibule
  BNF, Photographie Franck Devedjian, mai 2010.
(corrigez la mention "colonnes de marbre jaune" sur le plan : c'est une erreur de Paul Biver)
 

Le grand vestibule est une salle carrée de la plus noble ordonnance, avec ses douze grandes colonnes de marbre, ses deux niches, ses baies, sa porte d'entrée sur la cour, ses trois portes-fenêtres, fermées de grilles, elles aussi, sur le jardin.

Le plan du vestibule de Meudon est exactement similaire à celui de Vaux !  Il y avait  12 grandes colonnes de marbre dans chacun des deux vestibules, placés exactement de la même façon.

A noter aussi qu'à Meudon, comme à Vaux, un escalier de part et d'autre du Vestibule permet de rejoindre l'étage. Or, tandis qu'à Vaux, l'étage ne contient pas de pièces d'apparat, ne nécessitant pas la création d'un escalier monumental, à Meudon au contraire, l'accès au premier étage était nécessaire pour rejoindre les plus belles pièces du château.

A Meudon, les deux escaliers situés de part et d'autre du vestibule se rejoignent au moyen d'un palier commun qui permet de rejoindre le Salon de Maures, situé au premier étage.







Restitution du Grand Vestibule du Château-Vieux de Meudon. 

Réalisation de l'auteur, 27 avril 2012, tous droits réservés. 

Voyez l'harmonie qui se dégage des parfaites proportions de la pièce.
Abel Servien se fit réaliser un véritable chef-d'oeuvre d'architecture,
et Louis Le Vau se surpasse en réalisant une symbiose des volumes au sein du pavillon central.










LE GRAND APPARTEMENT
DE MONSEIGNEUR


C'est l'appartement principal du Prince à Meudon.

Paul Biver (1923) l'appelle à tord
"le Grand Appartement Frais"


 

Plan du Grand Appartement  de Monseigneur
situé au rez-de-chaussée du Château-Vieux de Meudon
 


Avec l'installation de Monseigneur, cette suite de pièces sera le plus bel ensemble de Meudon. On peut le considérer comme l'appartement principal du Dauphin à MeudonA noter que Monseigneur mourra dans la chambre de son Grand Appartement. 
 


1.La salle des Gardes de Monseigneur
(ancien cabinet des miniatures de Versailles)



Plan de la salle des gardes du Grand Appartement de Monseigneur
(XVIIIe siècle)

Photographie de l'auteur, O1 1521. 

Les mesures de la pièce sont les suivantes :
4,4 toises de largeur sur 4,9 toises de longueur
Soit une superficie d'environ 85m².


 

Etat sous Louvois :


Essai de restitution du volume et de l'aspect du Cabinet des miniatures de Versailles. Etat vers 1690-1700.
Franck Devedjian, 22 août 2013. D.R.





Cette pièce est placée sous un entresol et est décorée de façon très originale : encastrés dans la boiserie, de larges cadres renferment des vues en miniature des bosquets de Versailles. Dix neuf de ces peintures à l'huile mesurent seize pouces et demi de haut sur treize de large.

Deux autres peintures de forme ronde et mesurant un pied deux pouces de diamètre sont placées en dessus-de-porte ; l'une représente "les deux bassins et les Iets d'eau du parterre de Versailles, ou est peint pour sujet Lapoteose de Venus" ; et l'autre "Lisle Royale, et les Iets d'eau et pour sujet zephir et flore".

Ces vingt et un tableautins sont l'oeuvre de Cotelle, qui entreprit de les exécuter en 1688 probablement. Sur l'ordre du roi, le même artiste avait peint vingt et un tableaux semblables, mais à une échelle supérieure, pour la galerie de Trianon.


Il est possible que le roi ait commandé ces modelli pour récompenser son ministre d'avoir diriger les travaux de Trianon. (conclusions de Jacqueline de Lacroix-Vaubois, dans sa biographie de Jean II Cotelle (1646-1708), mémoire de DEA, sept 1999 Bibliothèque Paris IV, sous la direction d'Alain Mérot).
 

 

La miniature du bosquet de l'Arc de triomphe des jardins de Versailles
Banque image Versailles.
Migniature installée au Château Vieux de Meudon sous Louvois, et encore en place sous Monseigneur.

Il faut bien comprendre que ce dessin original était celui qui était placé à Meudon dans la pièce ci-dessus. Il en était de même pour les autres miniatures également conservées.

 


Etat sous Monseigneur :

En 1695, cette pièce a servi initialement et probablement de Chambre à Mme la Duchesse. Le décor a été conservé en l'état durant 5 ans. Puis, au cours de 1700, les entresols sont démolis dans le cadre du réaménagement de l'aile Est. Les miniatures ont donc été retirées, pour être placées dans le Cabinet du Petit Appartement Frais de l'aile des marronniers. Et la pièce devint partie de la première du Grand Appartement Frais de Monseigneur, servant  de Salle des Gardes.





2.La Salle à Manger


Les mesures de la pièce sont les suivantes :
4 toises de largeur sur 5 toises de longueur
Soit une superficie d'environ 80 m².

 


Etat sous Louvois :

La pièce suivante est une chambre dont la cheminée est décorée d'une peinture octogonale, probablement copiée sur le Concert champêtre de Giorgione [aujourd'hui attribué au Titien] par un élève de l'Académie de France. Les dessus-de-porte sont de Monnoyer et représentent des fleurs.


Etat sous Monseigneur :

En 1695, cette pièce a servi initialement et probablement d'Antichambre de l'appartement de Mme la Duchesse, intime amie du dauphin. Puis elle a servi pour le Grand Appartement de Monseigneur. 



Les 4 peintures installées en dessus-de-porte
de l'antichambre de Monseigneur, dite la Salle à Manger



En 1700, le Dauphin commande quatre dessus-de-porte,
comme il l'a fait pour le Salon du Billard, 
figurant :





1°) "la naissance de Bacchus" de Jean Jouvenet,

  Ce tableau appartenait encore au Musée du Louvre jusqu'en 1872,
date à laquelle sa trace était perdue. 





La Naissance de Bacchus, de Jean Jouvenet
Collection particulière, Paris. 

Clémentine Gustin-Gomez (L'avènement du plaisir dans la peinture Française)
a publié une image de très grande qualité de ce tableau,
dont notre image ne rend compte de sa qualité que très imparfaitement.





Dessin de l'une des nymphes
Oeuvre conservée au musée de Sacramento, Crocker Art Museum (USA)

Dans cette étude, la nymphe est couverte d'un drapé.
Jouvenet a préféré la dénuder dans la version finale !





2°) "Silène barbouillé de mûres par la nymphe Eglé" d'Antoine Coypel.



Silène barbouillé de mûres par la nymphé Eglé - 
par Antoine Coypel, conservé au Musée des Beaux-arts de Reims.








Détail du tableau de "Silène barbouillé" d'Antoine Coypel
Oeuvre conservée au Musée des beaux-arts de Reims.
Voyez la malice de la nymphe Eglé qui barbouille de mûres le visage de Silène complétement ivre !   
Le tableau est peint pratiquement au même moment que le portrait de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud !
On comprend ainsi que Versailles est la résidence de la Cour, quand Meudon est un lieu de retraite pour Monseigneur.

Ce tableau d'Antoine Coypel est un peu l'image de Meudon sous Monseigneur.
Il rappelle une même oeuvre de l'artiste exécutée pour le duc d'Orléans au Palais-Royal, quelques années auparavant. 



 
silene
Esquisse d'Antoine Coypel
pour "Silène barbouillé de mûres par la Nymphe Eglé" 

Cabinet des Dessins du Musée du Louvre, INV RF  12357.
© Musée du Louvre, Département des Arts graphiques  Fonds des dessins et miniatures, Petit format






               
La gravure du tableau est inversée pour pouvoir la comparer avec le tableau.







3°) "Le triomphe de Bacchus" par Charles de La Fosse ;



Le triomphe de Bacchus, par Charles de la Fosse
Conservé au musée du Louvre.

 



4°) " Vénus, Bacchus et Cérès", de Bon Boulogne ;



Vénus, Bacchus et Cérès, par Bon de Boullogne
Conservé au musée du Louvre.
Le tableau est aussi intitulé "Bacchus et Ariane"

Une restauration totale de l'oeuvre serait bienvenue,
ainsi qu'il a été entrepris pour "l'Hyver" de Jean Jouvenet pour le château de Marly.


Ces quatres tableaux sont bien évidemment tous liés au mythe de Bacchus.







3.Le salon du Billard 

De l'appartement de Monseigneur



Plan de la pièce 3 du Grand Appartement de Monseigneur
BNF, Photographie de l'auteur, mai 2010.

Les mesures de la pièce sont les suivantes : 
4 toises de largeur sur 5,25 toises de longueur 
Soit une superficie d'environ 85 m². 

 


Après les travaux de modification de l'avant-corps, cette pièce devient le salon du billard de Monseigneur, qui y fait placer 4 nouvelles toiles, de format ovale. 


 


Les 4 peintures de dessus-de-porte
du salon du Billard

 
Monseigneur a commandé spécialement pour Meudon en 1699 / 1700 
quatre dessus-de-porte de forme ovale pour cette pièce :


1°) "Hercule rendant à Admète sa femme Alceste qu'il ramène des Enfers", tableau apporté à Meudon par Antoine Coypel en personne.
 

Esquisse du tableau d'Hercule rendant Alceste à Admète.
Collection particulière.








Hercule ramenant Alceste des Enfers.
Antoine Coypel
Collection Musée d'Art et d'Histoire de Cholet, Cliché du Musée d'Art et d'Histoire de Cholet.
Qui m'a été transmis le 18 novembre 2010.

Le tableau original est conservé au musée d'Art et d'Histoire de Cholet, que je remercie.
Remarquez le bleu de la robe d'Alceste.
 


2°) "Latone et ses enfants au-milieu des paysans de Lycie", peinture commandée à Jean Jouvenet ;
 
 

Latone et les paysans de Lycie, par Jean Jouvenet
Tableau conservé au Musée d'Art et d'Histoire de Meudon


La composition ne peut que rappeler la fontaine de Latone à Versailles.




 

 
3°) " Hercule entre la Vertu et la Volupté" par Charles de la Fosse ;

 

Hercule entre la Volupté et la Vertu
Par Charles de la Fosse (1636-1716)
Musée des Beaux-Arts de Nevers, H 1,20 L 1,09
Le tableau est cité par Clémentine Gustin-Gomez dans sa monographie sur le peintre.

Le tableau a été agrandi en forme rectangulaire, ce qui fait qu'il ne conserve plus sa forme ovale.
Il est pourtant aisé de la retrouver dans l'organisation de la composition.







Hercule entre la Volupté et la Vertu
Par Charles de la Fosse (1636-1716)

Essai de restitution du format original de l'oeuvre commandée pour Meudon.
Le format ovale permet de relire correctement l'organisation de la toile.
19 février 2011. 


 

4°) "Procris donnant un javelot à Céphale" par Louis de Boullogne (1657-1733).


Céphale et Procris, par Louis de Boulogne (1654-1733)
Etude conservée au Cabinet des Dessins du Musée du Louvre






Céphale et Procris, par Louis de Boullogne le jeune (1654-1733)
Le tableau est conservé au Musée des Beaux-arts de Saint-Etienne D 62.1.3
Dépôt du Musée du Louvre en 1962.
Mesures : 117 x 95 cm

En voici la description dans l'inventaire de 1775 : "de Boulogne le Jeune   Procris assise regarde avec tendresse Céphale à qui elle présente un javelot. cette action paroit allarmer un Amour qui tient un flambeau allumé".
 

 

Louis XIV jouant au billard 
BNF Images SMITH LESOUEF 4635


 


L'antichambre de Monseigneur
 


Plan de la pièce 4 du Grand Appartement de Monseigneur
BNF, Photographie de l'auteur, mai 2010.

Les mesures de la pièce sont les suivantes :
  3,8 toises de largeur sur 4 toises de longueur
Soit une superficie d'environ 60 m².

 


Etat sous Louvois :

La pièce précédente communique avec un cabinet, où se trouvent deux dessus-de-porte, l'un à fleurs, l'autre à oiseaux. Les boiseries enserrent deux grands panneaux peints représentant, le premier, Adam et Eve, le second, les animaux du paradis terrestre. Deux pastorales d'un maître inconnu complètent le décor.

Etat sous Monseigneur :

La pièce devient la salle à manger de Monseigneur de 1695 à 1700.
Puis elle est transformée en un salon, et constitue l'antichambre avant d'accéder à la chambre du Prince. De nombreuses toiles y seront exposées. 



 



LA CHAMBRE DE MONSEIGNEUR


Plan de la pièce 5 du Grand Appartement de Monseigneur
BNF, Photographie de l'auteur, mai 2010.

Les mesures de la pièce sont les suivantes :
  3,5 toises de largeur sur 4 toises de longueur
Soit une superficie d'environ 55 m².

 


Etat sous Louvois :

Du cabinet précédent, l'on passe dans une pièce ornée, une fois encore, de deux peintures à fleurs de Monnoyer formant dessus-de-porte. Une copie de la Sainte Marguerite de Raphaël domine la cheminée.


Etat sous Monseigneur :

La pièce devient la chambre principale de Monseigneur à Meudon.
C'est dans cette pièce que Monseigneur est mort le 14 avril 1711.





Essai de restitution de la paroi de la chambre de Monseigneur. 
Le format et la taille des miroirs sont justifiés par l'inventaire de 1775.





LE GRAND CABINET
(dit le cabinet d'angle)
de l'appartement de Monseigneur



Plan de la pièce 6 du Grand Appartement de Monseigneur
BNF, Photographie de l'auteur, mai 2010.

Les mesures de la pièce sont les suivantes :
  3,7 toises de largeur sur 3,8 toises de longueur
Soit une superficie d'environ 55 m².

 


 

Etat sous Louvois :

L'appartement des berceaux se termine par un grand cabinet d'angle à quatre fenêtres : deux d'entre elles ont vue sur le village et les deux autres sur le parterre. La porte principale est surmontée d'un tableau floral, et la cheminée d'une copie, due probablement au pinceau d'une élève de l'Académie de France et figurant des mie "musiciens jouant de divers instruments" d'après le Dominiquin.

 

 

Joueurs d'instruments "D'après le Dominiquin".
BNF Estampes et photographie Dessins Italiens B 25    NB-C-182068

Voici le dessin du tableau placé au dessus-de la cheminée.


 

Le tableau reprenait la fresque peinte par Le Dominiquin (Dominico Zampieri) et  intitulée "Esther et Assuerus".
 


"Assuero ed Ester o danza di Davide",
Rome, Eglise de San Silvestro Al Quirinal.




 

Etat sous Monseigneur :

En 1695, cette pièce devient le Cabinet d'Angle du Grand Appartement de Monseigneur. Pour remplacer la cheminée de pierre, le Dauphin commande à Hubert Misson une cheminée en marbre vert de Campan.

C'est dans cette pièce que Louis XIV a patienté durant l'agonie de Monseigneur, le 14 avril 1711, accablé par le chagrin, en présence de madame de Maintenon, de la princesse de Conti, de madame la Duchesse, et de la Cour. 







Vue de l'enfilade du Grand Appartement depuis le Cabinet d'Angle
jusqu'à la salle des gardes située dans le fond. 

Restitution graphique de l'auteur, 3 décembre 2012. D.R. 

La princesse de Conti nous donne l'échelle de la pièce, ainsi que Monseigneur, qui se trouve placé dans la salle des gardes. Vous pouvez donc mesurer la taille considérable du Grand Appartement de Monseigneur, son logement préféré à Meudon, et le plus luxueux de tous. 





Le plafond de Charles de La Fosse

 

Le Triomphe de Pandore, par Charles de La Fosse (Gustin-Gomez P 86)
Collection particulière, huile sur des morceaux de toile encollés, Mesures : H 0,63 m. L. 0,74 m.
Voici l'esquisse pour le plafond de Meudon.


Je localise la réalisation du plafond de Charles de La Fosse dans ce cabinet d'angle. 
Les grotesques de Claude III Audran qui y prendront place en 1699
justifieront la suppression de ce plafond. 



 


La GARDE-ROBE
& L'ENTRESOL DE MONSEIGNEUR

(dépendant de son Appartement)



7 : La Garde-robe de Monseigneur :


BNF, Photographie de l'auteur, mai 2010.

Les mesures de la "Garderobbe" sont les suivantes :
1,6 toises de largeur sur 3,8 toises de longueur
Soit une superficie d'environ 25 m².





7 bis : L'ENTRESOL de Monseigneur :


Plan de l' "ENTRESOL"
du Grand Appartement de Monseigneur

BNF, Photographie de l'auteur, mai 2010.

La pièce ne dispose que d'une superficie d'environ 25 m².
De même superficie que la pièce située dessous.

En outre, la pièce étant aménagée en entresol, le plafond ne peut dépasser les 3 m.

 

A côté du cabinet d'angle, se trouve un petit espace aménagé avec un entresol. On y accède par un tout petit escalier. Cette pièce ainsi que celle située en-dessous sont boisées à la Capucine, c'est à dire qu'elles contiennent un décor de boiseries, non pas peintes en blanc ou autre, mais uniquement vernies. Ce type de boiseries aura un succès considérable tout au long du XVIIIe siècle.

Cet "ENTRESOL DE MONSEIGNEUR" comme on l'appelle, contient les collections d'objets précieux que le Dauphin a souhaité placer à Meudon. Stéphane Castelluccio l'intitule le "Cabinet des Raretés", dans la droite ligne de celui du Roi à Versailles. Il n'était accessible qu'à un cercle très restreint.

Il ne faut pas confondre l'ENTRESOL de Monseigneur avec un second entresol dépendant du logement n°2.
Malgré tout, au XVIIIème siècle, il deviendra possible d'accéder d'une pièce à l'autre.


En 1702, il se trouve dans l'ENTRESOL :


Dans l'Entresol de Monseigneur
Dans le pourtour.
Quatre vingt neuf Porcelaines......... 1.335 Louis


Stéphane Castelluccio propose de voir ces porcelaines installées au niveau de la corniche.



Dans l'Armoire dudit Entresol
20 Pièces d'Orfèvrerie de Siam.
118 Agathes............ 1.118 Louis
52 Cristaux............. 519 L
29 Porcelaines ..........77 L
5 Pagodes.
2 Boetes [Boîte] de la Chine.
4 Curiositez.
Dans le bas de cette Armoire.
5 Cristaux........... 157 Louis

Cette armoire était placée dans le renfoncement visible sur le plan.

Il est intéressant de noter qu'Abel Servien avait déjà utilisé
cet entresol comme "TRESOR", ainsi que le mentionne son inventaire après décès.







Schéma de restitution de l'Entresol de Monseigneur, 1702.
Réalisation virtuelle de l'auteur, 24 mars 2012. Tous droits réservés.

La pièce était ornée dans son pourtour de 89 porcelaines, principalement de Siam. Aucun dessin de la pièce ne nous est connu, néanmoins, nous avons souhaité procéder à cette restitution schématique qui nous éclaire sur le volume et l'aménagement possible de cette petite pièce renfermant les collections du Dauphin à Meudon. Au centre, vous voyez l'armoire encastrée dans le léger renfoncement, qui contenait les collections ci-dessus rappelées. Espérons que notre essai de restitution permette d'identifier un jour les élévations de cette pièce !







Proposition de restitution de l'Entresol de Monseigneur.
Réalisation virtuelle de l'auteur, 24 mars 2012. Tous droits réservés.
La pièce était ornée dans son pourtour de 89 porcelaines, principalement de Siam.

La très faible taille de la pièce, et le nombre important de porcelaines
nous indique que ces dernières avaient été placées contre les parois.

C'est dire l'effet de profusion recherché par le Dauphin,
proche de la saturation.

Il faut faire un parallèle de cette profusion avec les tables de l'Ancien Régime,
où les plats sont multipliés à l'extrême.







LES APPARTEMENTS DU DUC 
ET DE LA DUCHESSE DE BOURGOGNE


(Ancien appartement d'Abel Servien et de Mme de Louvois)
Appartement utilisé par Mlle Choin lorsque la Cour ne couche pas à Meudon


Il s'agit de l'ancien appartement d'Abel Servien pûis de Madame de Louvois.
 

L'ancien appartement de Mme de Louvois est référencé n°2.
BNF, Cabinet des Estampes. (avec entresol)



 


Détail sur la chambre de Mme de Louvois et le Cabinet (n°2)
REZ DE CHAUSSEE
BNF, Cabinet des Estampes.



Les cloisonnements de l'appartement
 

Louis XIV va faire cloisonner les deux grandes pièces (n°2 sur le plan ci-dessus), la chambre et l'antichambre, afin d'y aménager deux appartements : l'un pour son petit-fils, le duc de Bourgogne, et l'autre pour la duchesse de Bourgogne, épouse de ce dernier. Une partie des pièces sera entresolée. L'appartement le plus proche de celui de Monseigneur est le plus confortable, c'est pourquoi nous l'attribuons à la duchesse de Bourgogne.



 


Plan des appartements du duc et de la duchesse de Bourgogne
ADY, photographie de l'auteur, février 2011.


Chacun des deux appartements dispose d'une grande chambre.
Aucune antichambre n'a été aménagée, du fait du manque de place.

Les petites pièces arrières constituent le Cabinet et la garde-robe du prince et de la princesse.








Plan des entresols des appartements du duc et de la duchesse de Bourgogne
ADY, photographie de l'auteur, février 2011.


Ce plan nous montre l'aménagement des entresols, qui n'ont été réalisés que du côté de la cour d'entrée. Sur ce plan, l'entresol de la duchesse de Bourgogne communique avec celui de Monseigneur.






LES TROIS APPARTEMENTS
DU REZ-DE-CHAUSSEE 
DU COTE DU PETIT PONT 




Plan des trois appartements du rez-de-chaussée du côté du Petit Pont
ADY, photographie de l'auteur, février 2011.

La partie Ouest du corps central comporte 3 logements en enfilade.



 



Plan des entresols desdits logements
ADY, photographie de l'auteur, février 2011.

Le dessinateur a omis de tracer une porte
pour le logement situé sur la droite, près de la chaise percée. 



 

Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement