Bienvenue sur le site internet présentant

LE CHATEAU DE MEUDON 



Venez découvrir le domaine embelli par les plus grandes figures de l'histoire de France : François Ier, Louis XIV, Louis XVI, Napoléon ... 

 

 
 
 

LES JARDINS HAUTS


Schéma représentant l'emprise des jardins hauts de Meudon. 

La superficie des jardins hauts est la plus importante.
Ainsi, elle est trois fois plus grande que celle des jardins bas. 






 
Photographie du bassin de Bel-Air en mai 2010.
 

L'emplacement de l'ensemble des jardins hauts
est conservé en intégralité de nos jours.

Cette partie est affectée à l'Observatoire de Paris,
et le grand public n'y a par conséquent toujours pas accès.




 

plan jardin hauts
Vue générale des Jardins Hauts, gravure de Mariette.

Première moitié du XVIIIe siècle.


Les jardins haus diffèrent profondément des jardins bas :
ici, il n'y a plus de dénivelé, tout est plat, et c'est la forêt qui règne en maître.

Aussi, toute la subtilité des jardins va résider dans le tracé des allées et les jets d'eau.

C'est que les jardins hauts sont l'antithèse des jardins bas,
comme le Château-Neuf est l'antithèse du Château-Vieux.


Ces oppositions permettent de faire de Meudon un condensé du vocabulaire de l'art des jardins.




 

Le Bosquet des Berceaux
reliant le Château-Vieux au Château-Neuf


Le Bosquet des Berceaux, voisin du parterre du Château-Vieux. 
Archives Nationales, O1 1521. Dessin que l'on peut dater entre 1680 et 1690.

Ce parterre est surélevé de quelques marches par rapport au parterre du Château-Vieux. Notez la présence de 10 socles pour y placer des bustes ou vases en marbre. Les berceaux eux-mêmes devaient être une promenade très appréciée, notamment pour se protéger des ardeurs du soleil. Ils permettent ainsi de rejoindre la Grotte (puis le Château-Neuf) au Château-Vieux. Une lettre de Louvois datée de 1684 mentionne les travaux réalisés aux Berceaux. 







Schéma de Frédéric Sichet montrant le plan du tracé d'une partie des Berceaux
Bulletin du Comité de Secours et de sauvegarde des sites de Meudon, 2005.
 

Frédéric Sichet a justement retrouvé la manière de procéder pour tracer la partie circulaire des berceaux. On sait bien toutefois que les architectes et jardiniers utilisaient le compas comme outil principal pour réaliser leurs dessins. Un tel schéma ne doit donc pas surprendre outre mesure. C'est qu'il nous semble plus utile de retrouver des jeux visuels tels qu'un homme pouvait réellement les aperçevoir à 1,75 m au niveau du sol, plutôt que de se lancer dans des théories abstraites de cercles pseudo-magiques, visibles simplement sur une feuille de papier.  


 

Détail sur les Berceaux de Meudon, sur la gravure d'Israel Silvestre.
Gravure conservée au musée d'Art et d'Histoire de Meudon. 
 

Cette vue nous montre les Berceaux en élévation. Plusieurs accès permettaient de déambuler à l'ombre. Une telle installation se retrouve dans toute demeure du Grand Siècle, qu'il s'agisse d'un château ou même d'un jardin d'un hôtel particulier parisien. 



 


        
Dessin de Jean Berain représentant un châssis latéral,
orné de treillages, pour un décor de jardin.

Dessin à la plume, à l'encre brune et au lavis brun.
Archives Nationales O/1/*/3241/31a
Fonds de la Maison du roi sous l'Ancien Régime (sous-série O/1) 

Un tel dessin de Bérain, daté entre 1680 et 1705, est une évocation parlante
de l'art de réaliser des berceaux de treillages
 au XVIIème siècle. 
Les Berceaux de Meudon disposaient d'une organisation qui devait être semblable. 
 

     

 

Le parterre d'André Le Nostre
pour la Grotte


Gravure d'Israël Silvestre représentant le parterre de la Grotte de Meudon. vers 1680-1690. 

Ce parterre, créé par Le Nostre pour Louvois au début des années 1680,
se compose d'une grande masse de broderie,
au centre de laquelle se trouve situé un bassin rectangulaire.
Ainsi, cet espace empêche le visiteur de contempler la Grotte de Meudon de face.
C'est que les volumes de celles-ci sont destinés à être contempler de biais,
comme cela est le cas depuis le Château-Vieux.   







Le dessin du parterre devant la Grotte
Archives Nationales, O1 1521,
 Photographie de l'auteur.

Comparez ce dessin à la gravure précédente,
et voyez que les quatres bassins situés dans les angles ont été ajoutés.
L'emplacement de la Grotte était situé sur la droite de ce plan.


Ainsi, le bassin central, rectangle dans ce sens, était vu rectangle dans l'autre sens
depuis la terrasse placée devant le salon du premier étage. 


 




LE PARTERRE DU GLOBE


Vue du parterre du Globe depuis le Bel étage du Château-Neuf. 
Photographie de l'auteur, 18 mai 2010.






Vue du parterre du Globe sur le dessin d'Israel Sylvestre. vers 1685. 
Bibliothèque Nationale de France. 







Dessin détaillé du Parterre du Globe
Archives Nationales, O1 1521

Voici l'un des plans du parterre : des fleurs et arbustres encadrent les allées,
qui convergent vers un bassin central. Des pelouses complètent les espaces.
Notez que les masses des parterres de pelouses s'harmonisaient
lorsque le spectateur était placé au sein de la Grotte. 








Détail du Globe de marbre représentant le Monde.
Gravure de Louis Silvestre, filleul de Monseigneur, 1700. 

Un Globe de marbre représentait le monde. Il était d'une plus petite taille qu'ici représenté. 
Celui-ci ne peut que rappeler les globes de Coronelli installés à Marly en 1703.

Or le globe de Meudon est installé plusieurs années avant les deux globes de Marly.











Le parterre du Globe de nos jours : le Bassin est toujours en place.
Image Google Earth, 2010. 

L'ensemble des contreforts est conservé, ainsi que le bassin central.
Une restitution de ce bosquet serait ainsi envisageable à terme. 









Restitution des espèces de plantes employées au parterre du Globe (détail).  XVIIIe siècle. 
Schéma de l'auteur, 19 décembre 2011. Tous droits réservés.
D'après le manuscrit 3361 de la Mazarine.

Au XVIIIe siècle, le rosier est employé pour 50 % des plants. 
Le reste se compose de "Genest d'Espagne", "Chevrefeuil",
"Altea Flutex", "Lilas" et "Lilas de Perse", ainsi que de "Trifolium".







LE PARTERRE DES BOIS


Plan du Parterre des Bois, gravure de Mariette, XVIIIe siècle. 







L'emplacement du Parterre des Bois de nos jours...

Une fouille ne permettrait-elle pas d'en retrouver les faibles restes archéologiques ?






Détail des canalisations pour le bassin du Parterre des Bois
Archives Nationales, Carton O1 1521 / 40.  Photographie de l'auteur.

Ce plan nous donne toutes les indications sur le système de raccordement du bassin du parterre des bois.
Il est relié directement au "Bassin Neuf", ainsi qu'à la Petite Rivière (en haut à droite).




 

Jeu visuel montrant les deux châteaux depuis les jardins hauts.
 Insertion du 14 juin 2012. Tous droits réservés.
       

Quel château le visiteur va t-il souhaiter rejoindre ? 
Ce type de jeu visuel, par l'alternance de la vision d'une part du Château-Vieux, 
d'autre part du Château-Neuf, est une des caractéristiques que l'on retrouve 
aussi bien pour les jardins hauts que bas. 





Le jeu de l'Anneau Tournant


Plan représentant sous le n°16 le jeu de l'anneau tournant installé par Monseigneur.
AN, Maison du Roi, Série O1 1521. 

Comme Marly, Meudon possédait son jeu de l'anneau tournant.
Ce jeu aurait été inventé par Louis XIV lui-même.


Cette installation est située de manière toute proche du Château-Vieux, en empruntant le Petit-Pont.







Plan et coupe du jeu de l'anneau tournant du duc de Chartres, au Palais-Royal.
BNF, Fond Robert de Cotte, n° 2382.

L'organisation du jeu de Meudon est bien évidemment similaire à celui-ci.
Notons que le diamètre du jeu du Palais-Royal est de "10 pieds"
Et celui du Grand Trianon à Versailles est de "16 pieds".
Le diamètre de celui de Meudon était-il identique à celui de Trianon ?



Voyez l'article de Pedro Heras Riesgo (en Espagnol),
qui compare les quelques jeux de l'anneau tournant par rapport à celui de San Ildefonso :
http://www.castellarnau.org/contenidos/pdf/Anneau_Tournant.pdf


 L'auteur y reprend notre photographie du jeu de Meudon
(voir en page 17), ce qui montre tout l'intérêt d'une publication en ligne,
qui a pour principal avantage l'instantanéité des connaissances et de leur diffusion.






LA TERRASSE
DES MARRONNIERS 
ET LE MUR DE BEAUVAIS




La terrasse des marronniers est située à droite.
Détail du tableau de Pierre Denis Martin. RMN





Plan général de la terrasse des marronniers
(lettre F sur le plan)


 

 

Il s'agit bien d'une petite terrasse dont la hauteur est d'environ 2 mètres au-dessus du niveau de la grande terrasse située devant le château. Deux escaliers de part et d'autre permettent de relier les deux espaces. Quatre allées de Marronniers s'alignent contre le mur de soutènement, composé des gaines caractéristiques de Meudon. Les marronniers sont ainsi installés tout près du mur, afin que, vu des jardins hauts, la vue ne soit pas bouchée. Une petite allée de gazon suit toute la terrasse des marronniers. De cette situation, l'on pouvait admirer la vue sur Paris, sans être gêné par aucun arbre. Et de cet endroit, l'on avait moins la sensation de "vertige" que l'on pouvait ressentir en se plaçant plus près de la grande terrasse. Le marquis de Dangeau note au 31 mai 1703 : "Le roi se promena tout le matin sous les marronniers, ne pouvant se lasser de louer le nouvel appartement de Monseigneur et la beauté de cette promenade-là".

 




L'emplacement de l'allée des Marronniers de nos jours.
Photographie de l'auteur, 2010.

Le grand mur de soutènement est en moyen état de conservation,
car il mérite de bénéficier de travaux de consolidation.
N'oublions pas qu'une partie du mur s'était écroulé au XVIIIe siècle !








Le mur mesure 8 mètres de haut, sans prendre en compte la balustrade.
 Photographie de l'auteur, 2010. 

Merci à cette jogeuse Meudonnaise qui nous donne l'échelle monumentale du mur de Beauvais. 







Détail de la volute en haut d'une des gaines
Photographie de l'auteur, 18 mai 2010. Tous droits réservés. 







Coupe du mur de la terrasse haute, avec marronnier,
seconde moitié du XVIIIe siècle. 

AN. Maison du Roi, Série Meudon, O1 1516
Photographie de l'auteur, printemps 2010.

Le marronnier mesure alors 27 pieds,
soit la hauteur exacte du mur de soutènement, savoir 8,60 m, balustrade incluse. 






LE BASSIN DE BEL AIR
 

 
Plan du Bassin de Bel Air, gravure de Mariette, XVIIIe siècle. 

Le grand étant ou bassin du Bel-Air sert de réservoir.
C'est qu'il est placé tout en hauteur du domaine. 




 

 
Le Bassin du Bel-Air, parfaitement conservé, avec les communs.
Image Google Earth, 2010. 

L'Etang est parfaitement conservé de nos jours, suivant son tracé datant du XVIIe siècle,
tel que créé par le marquis de Louvois pour alimenter le réseau hydraulique de Meudon. 







Le Bassin de Bel-Air de nos jours
Photographie de Franck Devedjian, 18 mai 2010.

 




 
Le Bassin de Bel-Air de nos jours
Photographie de Franck Devedjian, 18 mai 2010.

 






"LES PLAISIRS"
OU LE BOSQUET "DES CLOITRES"




Détail des cloîtres sur la gravure de Mariette. XVIIIe siècle. 







Le tracé du bosquet des Cloîtres vers 1710. 
AN, Maison du Roi, Série O1 1521. Photographie de l'auteur, printemps 2010. 

Au centre de ce bosquet se trouve une fontaine ronde à la superficie monumentale.
Sur la droite est visible l'aménagement de la "Petite Rivière" de Monseigneur.








Les restes du bassin des Cloîtres aujourd'hui !
Image Google Earth, 2010.
 

On ne peut malheureusement que constater, sur cette photographie aérienne, le pitoyable état d'entretien de cette partie du domaine, affecté à l'Observatoire de Paris. Bien évidemment, ce dernier n'a pas les moyens d'entretenir comme il se doit ce si grand domaine. Aussi pensons-nous, sans agressivité aucune, qu'il n'est plus judicieux d'affecter le site, de manière exclusive, à l'Observatoire de Paris. Il faudrait ouvrir le lieu à l'ensemble du public. L'installation de l'Observatoire pourra tout à fait se poursuivre dans l'avenir, à condition que les locaux soient densifiés près de la nouvelle entrée de l'Observatoire, dans une partie seulement des jardins hauts.







Le bosquet des Cloîtres restitué.
Franck Devedjian, 13 février 2011. Tous droits réservés. 

Comparez cette réalisation avec la photo précédente, et essuyez vos larmes. 






LE MAIL DE MEUDON


Plan du mail de Meudon, encadré d'un rectangle orange.
Plan d'Alexandre Lemoine, 1723, ADY.

Le mail de Meudon est situé entre le Vieux réservoir et le Nouveau Réservoir.
Il suit le tracé rectiligne de l' "Allée du Mail".  Deux pavillons l'encadrent, de part et d'autre.
On retrouve cette installation fort appréciée à Versailles ou Marly.

Monseigneur et le duc de Bourgogne sont souvent venus jouer au mail de Meudon,
tandis que Louis XIV se contente souvent de regarder "les bons joueurs".






Projet de création du mail de Meudon, Juin 1698.
Archives Nationales, Carton O1 1521 / 40. Photographie de l'auteur.

Le plan de création du mail ne prévoit pas encore les pavillons qui l'encadreront.
Mais l'emprise du jeu de mail ne sera pas modifiée avec le temps.

 




 
Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement