Bienvenue sur le site internet présentant

LE CHATEAU DE MEUDON 



Venez découvrir le domaine embelli par les plus grandes figures de l'histoire de France : François Ier, Louis XIV, Louis XVI, Napoléon ... 

 

 
 


LE MARQUIS DE LOUVOIS



Détail d'une gravure de Louvois, par Robert Nanteuil (1677).
Banque d'Image du centre de recherche du Château de Versailles


 

François-Michel Le Tellier, marquis de Louvois, achète en 1679 le domaine de Meudon au fils d'Abel Servien. Il fait construire une cour des offices pour les serviteurs, entourée de cuisines, celliers, écuries et autres dépendances, ainsi qu'un vaste chenil agrémenté d'une porte monumentale. C'est à cette même époque que l'actuelle route des Gardes et l'avenue du château sont aménagées, offrant ainsi un accès prestigieux au domaine. Louvois entreprend également l'achèvement des jardins. C'est son véritable chef-d'oeuvre à Meudon. Il crée un réseau hydraulique de taille considérable, capable de relier tous les points d'eau et de capter les sources, en vue d'alimenter bassins et fontaines des différents jardins. A partir de 1680, le ministre fait appel à André Le Nostre (1613-1700), qui s'est auparavant illustré dans la conception des jardins de Versailles. Ce dernier achève le projet d'Abel Servien. Il joue avec les irrégularités du terrain et achève l'aménagement de la Grande Perspective, immense pelouse bordée d'épicéas qui prend naissance au parterre du château pour atteindre Trivaux. Cette grande trouée verdoyante est ponctuée de points d'eau, jardins et bosquets. Le Nostre trace le Tapis Vert qui remonte jusqu'au plateau. À côté de l'ancienne Grotte, un parterre est dessiné. Il est décoré d'un globe en marqueterie de marbre, avec ses mers et ses continents. En 1691, Louvois meurt à Versailles, et le domaine de Meudon revient à sa veuve, Anne de Souvré. Celle-ci l'échange quatre ans plus tard avec le Roi, qui le donne à son fils, Monseigneur, dit le Grand Dauphin, contre une rente et le domaine de Choisy.







Etablissement de l'Hôtel royal des Invalides, 1674
Peint vers 1710-1715  par Pierre Dulin  (1669-1748)
Paris, musée de l'Armée 6629 ; Eb 20 ; MV2100 ; INV4279 ; AC 1555  

Il faut remarquer que c'est Louvois qui est au centre géométrique du tableau.




La distribution des pièces en 1695,
peu après la mort de Louvois (1691)



 1°) Le rez-de-chaussée du Château-Vieux


Plan du rez-de-chaussée de Meudon en 1695
AN, O1 1521. Schéma et légende de Bertrand Jestaz, 1963.


Bertrand Jestaz a procédé en 1963 à l'essai de distribution suivante :

A. Grand Vestibule

Appartement de Louvois 
Ancien appartement de la marquise de Rosny 
B. Antichambre 
C. Chambre 
D. passage
E. Cabinet 

Appartement de Mme de Louvois
Ancien appartement d'Abel Servien.
F. Antichambre
G. Chambre
H. Cabinet

Appartement de "Niccolo"
Ancien appartement du duc d'Anjou
I. Antichambre servant de salle à manger
K. Chambre
L. Cabinet


M. Vestibule de la loggia

Appartement des Berceaux 
N. Antichambre
O. Chambre
P. Cabinet, dit des miniatures de Cotelle





 2°) Le premier étage du Château-Vieux


Plan du premier étage de Meudon en 1695.
AN, O1 1521. Schéma et légende de Bertrand Jestaz, 1963.


LEGENDE :
(d'après Bertrand Jestaz)

A. Salon des Maures 

Appartement du Roi

B.Antichambre
C.Chambre
D.Passage
E.Cabinet


Appartement de Mme de Louvois
Ancien appartement des Muses du temps d'Abel Servien.
F.Le vestibule d'Aristote (à côté, le Cabinet d'Aristote)
G.Chambre
H.Cabinet


Appartement de Louvois
Ancien appartement du Cardinal de Lorraine.
I.Antichambre
K.Chambre
L.Cabinet

 

Appartement de la Reine
Ancien appartement de la reine Anne.
M.Antichambre
N.Chambre
O.Passage
P.Cabinet


Q.Galerie
R.Cabinet de la galerie
S.Salon de la galerie

T.Chapelle créée sous Louvois




 

Les projets d'embellissement du Château-Vieux par Louvois :

Consultez mon article sur les embellissement projetés à Meudon par Louvois :
http://chateau-meudon.wifeo.com/documents/ARTICLE-MEUDON.pdf








louvois portrait peinture
Portrait du marquis de Louvois, 1689. 
Par Charles Antoine Hérault (1644 - 1718)
 
Château de Versailles, MV 2186. Mesures de : 1,33 m. sur 0,97 m.




 Lettre de Louvois à Mansart :

À Condé ce 2 mai 1684. 

« J'ai reçu votre lettre du 28e du mois passé.

« Je vous remercie du soin que vous avez pris d'aller faire un tour à Meudon et de donner vos avis sur ce que l'on y fait, lesquels je vous prie de continuer... 

« Je verrai avec plaisir à mon retour le modèle des vases que vous proposez de mettre dans le parterre de la grotte... 

« J'ai oublié de vous dire que j'ai vu chez Coysevox le profil du vase que vous lui avez donné qui m'a paru fort bien, hors que j'appréhende que la partie qui est entre l'astragale et le haut du vase ne paraisse bien nue.

« Faites-y réflexion et examinez si un petit feuillage rampant et traité fort légèrement n'y ferait pas bon effet. 

Louvois. » (6)




 


Anne de Souvré, marquise de Louvois (1646-1715)
Peint par Simon Dequoy (1655-1727), a priori en 1695
Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, Peintures MV 4261
Mesures : hauteur : 0.74 m. longueur : 0.59 m.

Ce tableau a été peint après la mort de Louvois, décédé en 1691.
On y découvre Mme de Louvois, située dans le Vestibule du Château Vieux.
Derrière se découvre le parterre de broderie tracé par Le Nostre.
Situé derrière, se découvre le parterre et la fontaine des Berceaux.
Dans le fond est représentée la fameuse Grotte de Meudon.



 

 

François-Michel Le Tellier, marquis de Louvois, ministre et secrétaire d'Etat (1641-1691)

D'après François Girardon (1628-1715)

 

 

  

Bourse de jeu aux armes de Louvois

On y découvre les trois lézards, symbole des Le Tellier.



 


 

Voici quelques lettres de Louvois au sujet des travaux entrepris à Meudon :

(d'après la correspondance de Louvois Tome I 1683 1684)



*"Mémoire pour le sieur Morlet" (A1 711, fol 224).

"Versailles, 12 mars 1684

Sçavoir la longueur de l'aqueducq d'entre les Fonceaux et la mare et de quelle grosseur est la soupape qui des Fonceaux va à ladite mare. [en marge : 268 thoises]
Régler la première fois que j'iray à Meudon de combien on rehaussera la chaussée des Fonceaux et où on prendra les terres.
Sçavoir la longueur de l'acqueduc du Tronchet. Il y faut une conduite de 10 pouces [en marge : 15 thoises].
Mettre dans le puys revestu de plomb une soupape qui soit à 2 ou 3 piez prez du fondz dudit puys pour pouvoir mettre de l'eau dans les Fonceaux sans passer par le nouveau réservoir.
Mettre cela au net puis le donner à Morlet."



La chaussée des Fonceaux bordait l'étang des Fonceaux, aménagé pour alimenter Meudon en eau. Louvois fit réaliser d'importants travaux hydrauliques à Meudon : pour alimenter les bassins et les étangs, le plateau,  de Meudon à Viroflay, fut drainé. L'étang du Tronchet, comblé vers 1920, était situé au sud-ouest de l'étang de Chalais dans le parc de Meudon.





*Lettre de Louvois à Girardot, homme d'affaires de Louvois (A1 710, fol 325).

"Versailles, 17 février 1684

Laclos mande que Roger se propose d'aller s'establir à Meudon cette semaine pour travailler aux berceaux. Ayez soin de faire faire incessament les tracés nécessaires pour les poser afin qu'il ne perde point de temps et qu'il n'ayt point de prétexte pour différer son ouvrage".




 

*Lettre de Louvois à Gérard Coulon, maître de forges en Champagne (A1  718, fol 275).

"Fontainebleau, 17 octobre 1684

Vostre lettre du 8e de ce mois m'a esté rendue. Je vous aye fait réponse sur ce qui regarde la continuation des thuyaux d'un pied. Mandez-moi dans quel temps ceux pour Louvois et Meudon seront achevés".








 

Une autre demeure de Louvois : 

L'Hôtel Louvois à Paris

Elevation de la façade de l'hôtel de Louvois du côté de la cour, par Mariette, L'Architecture Française, 1727.

 

A Paris, Louvois disposait d'un grand hôtel particulier,
dont nous découvrons ici la façade du côté de l'entrée.


Son inventaire après décès daté de 1691 nous donne la distribution
ainsi que la liste du mobilier garnissant la demeure à la mort du ministre.








Vision de la cour de l'hôtel depuis l'entrée. Louvois nous donne l'échelle de l'ensemble. 
D'après les plans publiés dans L'Architecture Française, Mariette, 1727.
Schéma de l'auteur, 4 novembre 2012.

 

L'accès principal aux appartements s'effectuait au moyen d'un grand escalier situé dans le pavillon Nord.




 


Restitution graphique de l'aspect du rez-de-chaussée du Grand Escalier de l'Hôtel Louvois.
Schéma de l'auteur, 4 novembre 2012. 
Tous droits réservés. 
D'après les plans publiés dans L'Architecture Française, Mariette, 1727.
La couleur bleue des portes n'est pas attestée par les sources, mais sert à donner du relief à l'image. 


J'ai restitué le volume du grand escalier, de manière schématique,
à défaut d'en avoir encore découvert une élévation technique. 

L'appartement du ministre était situé au rez-de-chaussée, au sein du corps central.
On y accédait au moyen d'une grande antichambre, qui était disposée juste derrière la porte visible à gauche. 
Mais Louvois montait au bel étage pour rejoindre l'appartement d'apparat, sa galerie, ainsi que sa bibliothèque. 







Restitution graphique de la vision du parterre depuis le bel étage de l'Hôtel Louvois. 
Schéma de l'auteur, 4 novembre 2012. 
Tous droits réservés. 
D'après la gravure attribuant le tracé du parterre à André Le Nostre (voir le livre d'Ernest de Ganay, 1962).


Voici la vision du parterre depuis le premier étage, au niveau de l'appartement de Mme de Louvois,
qui servait également d'appartement d'apparat. On constate que le tracé curviligne du premier plan
semble alors de même longueur que le tracé situé au bout dudit parterre :
or dans la réalité, cette dernière courbe mesure presque deux fois la longueur de la première !

Il en était de même pour l'enroulement circulaire des buis visibles au premier plan,
qui s'équilibraient avec les proportions du parterre de gazon situé dans le fond
(à moins qu'il ne s'agisse d'une fontaine, qui dans cette hypothèse, pouvait refléter la totalité
de la façade de l'Hôtel, côté jardin, au sein même du bassin, lorsque le visiteur s'y plaçait tout au bout)


Enfin, le parterre vu depuis ce point de vue nous montre un cercle dont le centre est accentué par un rond de buis.

 




Le tombeau de Louvois en l'Eglise des Capucins de la rue Saint Honoré de Paris.

Le mausolée est aujourd'hui conservé dans l'hôtel-Dieu de Tonnerre. 





En savoir plus sur Louvois :


Pour en savoir plus sur Louvois et la Guerre, consultez l'article de Jean-Paul Le Flem



 

La porte d'entrée des Invalides


Il ne faut pas oublier que Louvois a supervisé le chantier des Invalides, qui lui tenait particulièrement à coeur. De son château de Meudon, il pouvait d'ailleurs contempler l'avancement des travaux grâce à la vue magnifique sur la plaine de Grenelle et la capitale.



 


L'hôtel Royal des Invalides
Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon 
Estampes, Recueil de gravures Grosseuvre 140
Planche 65 : vue de l'église de l'hôtel royal des Invalides

Voici le chef-d'oeuvre de Louis XIV, Louvois et Hardouin-Mansart.

 

 

Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement